Archives du mot-clé Noémya Grohan

De la rage dans mon cartable. –


x chronique par alliene

Hey. Ça fait un petit bout de temps qu’on n’a pas chroniqué. Je viens de terminer ce très beau témoignage sur le harcèlement scolaire. Ce n’est pas dans mes habitudes de lire des témoignages mais le sujet du bouquin m’a donné très envie de m’y mettre. Ma chronique va sans doute être différente de celles que je fais habituellement, mais je vais essayer de faire quelque chose de potable.

→ « Je crois que c’est après cet épisode que j’ai commencé à mettre un mot sur ce qui m’arrivait. La solitude, le sentiment de décalage, dès le début, je les avais déjà ressentis. Le harcèlement scolaire, c’était un mot plus grave. Mais plus les jours passaient, plus l’évidence était là, sous mes yeux. Je n’étais pas qu’une élève chahutée par quelques meneurs. Beaucoup d’autres les avaient imités et me traquaient en permanence. J’étais devenue une cible. »

Tout le monde le dira, mais j’ai été plus que touché par l’histoire de Noémya. Elle a merveilleusement su la mettre en mot. Elle a mit tout son cœur pour se révolter sur un sujet grave trop souvent laissé sous silence. On ne comprend pas pourquoi elle est la source de ces brimades incessantes et elle-même, pas plus que nous. Noémya est une personne très intelligente qui ne va pas lâcher son combat. Elle est généreuse et fera tout pour aider les autres. J’aime sa façon de penser et ses idées. Je dois avouer que je ne m’étais jamais posé de questions sur le harcèlement scolaire. Je n’ai jamais eu de problèmes de ce type au collège, et personne dans mon entourage ne subit ce qu’a subit Noémya. Disons que ce livre m’a ouvert les yeux et m’a donné envie de soutenir et de me battre aux côtés de toutes les victimes.

Le livre n’est pas exclusivement centré sur les années de calvaires de Noémya, mais aussi sur l’avant et sur l’après. On s’aperçoit que ses harceleurs lui ont vraiment pourri la vie. Avant le collège, Noémya n’avait aucun problèmes d’intégration, elle était pleine de vie et toujours souriante. Durant ses années collège, elle a commencé à se refermer sur elle-même, à baisser la tête lorsqu’on lui parlait, etc. Bref, Noémya a perdu toute confiance en elle et cela se ressent dans ses choix. Elle n’arrive pas à terminer ses études. Dès qu’elle commence une formation, ses cauchemars la rattrape, elle est dépressive. Ici, encore, on s’aperçoit que le harcèlement scolaire laisse bien plus que des souvenirs désagréables ; il laisse carrément des séquelles psychologiques. J’ai aimé suivre la reconstruction de Noémya.

Chaque fin de chapitre est rythmé par un texte de rap qui retrace le parcours de Noémya. Elle les a écrit elle-même. Les textes sont très beaux, mais gênent un peu la fluidité de la lecture. À certains moments, j’ai eu envie de les passer. Je crois que c’est parce qu’ils étaient un peu long. Certains de ces textes sont dédiés à des enfants qui comme elle ont subi le harcèlement mais qui ne s’en sont pas sortis. Ceux-ci m’ont encore plus touché. Alors voilà, je ressort « grandis » de cette lecture forte et belle. J’espère de tout mon cœur que Noémya gagnera sont combat.

Publicités