Salut à tous, on a parlé toutes les deux, pour savoir ce qu’on allait pouvoir faire pour être un peu plus actives. Bref, on voudrait peut-être changé de site où on transvaserait nos chroniques. On a une idée de faire une chronique où on parlerait de toute la saga de Harry Potter. Si vous avez des idées de chroniques vous pouvez nous les dire sur Livraddict. Voilà.

Olala.. Salut à tous nos lecteurs. On a vraiment honte de n’avoir rien posté depuis un tout petit peu moins que deux mois.. Bon j’pense qu’une explication s’impose. J’précise qu’aucune de nous n’a eu de problèmes quelconques. Bref. En gros on a eu notre brevet blanc, on est partie en voyage scolaire pendant une semaine (en avril le 23, même) et en fait pendant trois voire quatre semaines on en parlait encore de ce voyage, parce que ça nous a chamboulé, rapproché, ‘fin bon tout l’toutwim, quoi. On a eu la flemme d’écrire, on s’est dit qu’on reprendrait le blog vraiment, mais comme vous l’avez vu on l’a pas fait et on s’en excuse. On vous laisse avec ces nouvelles et je pense que soit on poste des chroniques dans les deux trois semaines à venir ou on les poste après notre brevet qui est le 25 et 26 juin, donc peut-être que le samedi ou dimanche qui suivra on aura poster quelque chose. On s’excuse si vous vous êtes inquiété, mais on n’s’est jamais dit qu’on allait poster des chroniques toutes les semaines, donc en quelque sorte on n’a jamais rien promis. Bref je vous laisse sur ces brèves nouvelles de nous et je vous dis à dans moins d’un mois. Merci!

Le théorème des Katherine. –


x chronique par alliene

Mon quatrième livre de John Green est loin d’être une déception. C’est même une sacrée bonne surprise. Le théorème des Katherine est un livre très sympa qui se lit tout seul. Bourré d’humour et de personnages plus attachants les uns que les autres, je ne peux que vous le conseiller.

→ Durant sa vie, Colin est sorti avec dix-neuf Katherine et s’est fait largué à chaque fois. Lors de sa dix-neuvième rupture, il à du mal à s’en remettre et se laisse embarquer dans une virée en voiture avec son meilleur ami, Hassan. Ils n’ont pas de but précis jusqu’à ce qu’ils rencontrent Lindsey qui leur fera vivre un été inoubliable.

L’histoire débute tout simplement : une rupture amoureuse et une envie du héros de prendre le large pour oublier. Mais rapidement, on s’aperçoit que nous n’avons pas à faire à une aventure comme les autres. Normal, ai-je envie de dire, quand l’histoire est portée par un personnage principal surdoué qui ne veut pas tomber dans l’oubli et par son meilleur ami qui est incapable de s’arrêter de faire des blagues.

Le livre est entièrement basé sur la personnalité des personnages. Il est difficile de résister à Colin. Perpétuellement en décalage avec les autres et à la recherche de sa minute de célébrité, il essaye de mettre au point une formule mathématique permettant de trouver – à partir de plusieurs critères – la fin d’une relation amoureuse entre deux personnes. De plus, sa sensibilité le rend encore plus attachant. Hassan, quant à lui, est bourré d’humour (non, non, je ne me répète jamais). C’est une des rares personnes qui considère Colin au même niveau que les autres et qui ose lui dire. Leur amitié est très touchante. On sent qu’il s’aiment et qu’ils ne veulent pas être séparés. Au fil des pages, on découvre toutes leurs petites manies et leurs signes complices. Pour terminer, Lindsey m’a un peu moins plu. Je ne saurai pas expliquer pourquoi. Par contre, j’ai beaucoup aimé son attachement à sa ville qu’elle tente de sauver de la crise en essayant de faire perpétuer les activités industrielles (l’usine de la ville fabrique des ficelles de tampons en grande quantité).

J’ai aimé voir évoluer les personnages et leurs relations

L’épreuve, tome un : Le Labyrinthe. –


x chronique par alliene

Après cette – très longue – absence, me revoilà avec une nouvelle chronique. En plus, ce n’est pas avec une chronique de n’importe quel livre que j’effectue mon « come back ». J’ai décidé de mettre de côté mes brouillons (ouais, ouais, ça fait au moins un mois que je dis que je reviens avec deux ou trois chroniques, mais elles sont encore à l’état de brouillon et j’éprouve une flemme de les terminer comme je n’en ai jamais éprouvé) de Partials, Un hiver en enfer et de Le ver à soie pour me consacrer à la saga The maze runner.

Je savais à quoi m’attendre. J’ai tellement bavé devant les chroniques positives des blogueurs que je lis. Je m’attendait donc à un coup de cœur, mais là, on est encore plus haut que ça ! J’ai tout simplement été transporté par l’univers, par l’intrigue et par tout le toutim. Ce livre est un véritable page turner. Lu en à peine deux jours, The maze runner fait maintenant parti de mes sagas préférés.

→ Quand Thomas reprend connaissance, sa mémoire est vide, seul son nom lui est familier. Il se retrouve entouré d’adolescents dans un lieu étrange, à l’ombre de murs infranchissables. Quatre portes gigantesques, qui se referment le soir, ouvrent sur un labyrinthe peuplé de monstres d’acier. Chaque nuit, le plan en est modifié. Thomas comprend qu’une terrible épreuve les attend tous. Comment s’échapper par le labyrinthe maudit sans risquer sa vie ? Si seulement il parvenait à exhumer les sombres secrets enfouis au plus profond de sa mémoire.

Lors de son arrivée dans le Labyrinthe, Thomas est surpris par le jargon employé par ses camarades du Bloc. Le Bloc est en fait le centre du Labyrinthe où résident les enfants. Ils se font appeler « blocards ». Au fil des ans, les blocards ont donc développé du vocabulaire qu’ils utilisent couramment. Cet particularité montre très bien la capacité que les enfants ont à s’organiser et leur maturité. Encore un exemple afin de vous prouver leur suprême intelligence : Un conseil existe. Il choisi les sanctions adaptés pour les fautes commises par les blocards. Ce conseil est dirigé par les matons. Ces derniers sont en quelques sorte les « chefs » des différentes activités présentes au Bloc.

Quand vous arrivez au Bloc, vous devez choisir un « métier » ou plutôt une activité qui joue sur le bon déroulement du Bloc et du Labyrinthe en général. Vous avez le choix entre devenir Coureur, Torcheur, Trancheur, Medjacks (médecin), etc. Dès son premier jour, Thomas éprouve une fascination sans limites pour les Coureurs. Le soir, en ce couchant, il a une sensation de déjà vu et sait qu’il doit devenir Coureur. C’est pour lui quelque chose de logique. Bien sûr, les matons et les autres blocards ne voient pas ça comme ça. Il lui faudra faire ses preuves pour atteindre ce grade. Seuls les meilleurs sont sélectionné. Thomas est un garçon courageux (un peu trop, peut-être) et intelligent qui ne faiblira pas devant les obstacles. J’ai apprécié son caractère téméraire et un peu casse-cou.

Concernant les personnages, je me suis vite attachée à certains d’entre-eux. Tout particulièrement à Chuck et à Newt. Les deux sont des condensés de gentillesse et de « mignonitude ». Ensuite, il y a Minho, maton des Coureurs, Gally, que Thomas va se mettre à dos dès son premier jour, Alby, le plus ancien. Il est très désagréable et croit toujours avoir les bonnes solutions. Il refuse constamment d’écouter Thomas. Spoiler L’arrivée de Teresa (seule et toute première fille au Bloc) dès le lendemain de l’arrivée de Thomas va lui causer plusieurs ennuis et de gros soupçons vont alors peser contre lui. 

Durant toute notre lecture, on se pose des questions : « Comment se sont ils retrouvés là ? Pourquoi ? Qui les a envoyés ? ». Les réponses nous sont dévoilés au fil du récit par les différents évènements qui se déroulent dans le Labyrinthe depuis l’arrivée de Thomas. La patiente des blocards et immense et ne pas avoir de réponses doit être très frustrant pour eux. Les lecteurs éprouvent également ce besoin de réponses. C’est pour ça que ce bouquin est si addictif, il est impossible de le lâcher avant la fin de notre lecture.

La fin est tout simplement géniale, elle ouvre plusieurs voix sur la suite de l’aventure de Thomas et de ses amis. J’ai hâte de pouvoir mettre la main sur The scorch trials (second tome de la saga) et de m’y plonger.

Mara Dyer, tome un : Qui est Mara Dyer ?. –


x chronique par alliene

Aquekoukou ! Oh god, ce premier tome est un coup de cœur. Un énorme coup de cœur. Je ne sais pas si vous vous rendez-compte de l’effet addictif que peut produire ce roman. Mara Dyer me faisait de l’œil depuis très peu de temps, mais il m’était impératif d’acquérir ce livre. Je ne suis pas déçue, mais alors vraiment pas.

→ Mara Dyer est une jeune fille de seize ans comme les autres, jusqu’au jour où elle s’éveille dans un hôpital, sans aucun souvenir de l’accident qui a coûté la vie à ses trois meilleurs amis. Dévastée par le chagrin et un profond sentiment de culpabilité, elle souffre terriblement de la perte de ses proches. Pour repartir à zéro, la famille de Mara part s’installer en Floride. Mais là encore, les nuits de la jeune fille restent agitées, hantées par des visions de l’accident. Mara a l’impression de revoir ses amis, et même de sentir la mort de certaines personnes. Mais que lui arrive-t-il ? Est-elle en train de devenir folle ? Qui est vraiment Mara Dyer ?

Au tout début de notre lecture, on peut se demander où Michelle Hodkin souhaite en venir, mais ce sentiment s’éloigne très vite de nous et à partir d’une petite centaine de pages, on est totalement happé par l’intrigue et les rebondissements. Je disais que l’on avait affaire à un livre addictif et c’est bel et bien le cas. Les pages se tournent extrêmement facilement.

On arrive à se demander si Mara n’est pas folle. Certaines choses qui se déroulent autour d’elle font froid dans le dos. On se pose tout un tas de questions dans le style : « Qu’est-ce qui c’est réellement passé ? Pourquoi ? Elle est vraiment folle ou pas ?« . Les réponses à ses questions se font durant notre lecture. Ou plutôt durant le sommeil de Mara qui est peuplé de rêves. Oui, Mara rêve. Et en rêve, le film de la nuit fatidique se reconstitue. Notre héroïne est également sujette à des hallucinations. Elle arrive à se demander si les scènes qu’elle vient de vivre sont réelles. Cette ambiance si particulière m’a parfois mise mal à l’aise.

Concernant les personnages, celui de Mara m’a parfois qu’elle que peut agacé. Elle est indécise, mais trop et clairement, c’est chiant. En revanche, j’ai adoré Noah Shaw, il a beau être un tout petit peu stéréotypé, il m’a énormément fait rire et il est le charme incarné (j’ai craqué quoi). La galerie de personnages secondaires est plutôt réussie car ils possèdent chacun une personnalité bien à eux et j’espère les retrouver dans les prochains tomes qui ne sont (malheureusement) pas encore sortis en France -.

En conclusion, Mara Dyer, c’est juste une petite perle à découvrir dans l’immédiat avec son intrigue captivante, les histoires qui s’y mêle et se côté « magique » qui nous empêche de lâcher le bouquin. Je n’ai plus qu’à attendre le second tome. J’espère qu’il sera à la hauteur du premier.

           x chronique par whitechapel.

Salut populas. Tout d’abord merci à AIIiene de m’avoir encore une fois fait découvrir un merveilleux livre et me l’avoir prêté accessoirement. Ton style d’écriture s’améliore encore ma petite AIIiene, j’avais l’impression de lire un texte venant d’un auteur ou d’une personne très cultivée sur la littérature. Bref parenthèse fermée. Merci encore petite AIIiene. Bref.

Bon alors par où commencer. Encore une fois nos avis sur ce livre se rejoigne beaucoup. SI je me répète ou que je reprend des choses qu’AIIiene aurait dites, veuillez m’excuser.

Mara Dyer est je pense l’un de mes livres préférés. Il est super bien écrit, même la traduction est bien faite, ce qui peut être parfois rare dans des livres traduit. C’est l’un des livres les plus intriguant que j’ai lu. Tu ne -comme l’a dit AIIiene- peux pas t’arrêter de le lire, c’est réellement comme si c’était notre vie qui en dépendait. Au début de ma lecture, j’avais comme un sentiment de peur, pas à cause de l’histoire, mais comme si c’était moi qui avait vécu ce que Mara a vécu, ça peut paraître bizarre de dire ça, mais c’est vraiment ce que j’ai ressenti jusqu’au bout du livre. Mara m’intriguait, j’avais envie de pouvoir connaitre cette personne et l’aidée dans ce qu’elle traverse, en fait je me sentais réellement transportée dans l’histoire comme si je la vivais vraiment, je pense que c’est le style de l’écriture de Michelle Hodkin qui fait cet effet (ne me prenez pas pour plus folle que je n’suis déjà sivouplé.). Je rejoins l’avis d’AIIiene. Noah Shaw est quelqu’un de stéréotypé, mais vraiment adorable. Dans ce livre on ne prévoit rien du tout à l’avance, c’est ça qui m’a aussi beaucoup plus dans ce livre.

Je veux que le deuxième tome arrive en vf, bordel. J’ai tellement aimé ce livre. Bon voilà j’ai encore fait une chronique d’une qualité plus que médiocre, mais bon.

Information. –

On ne sera pas présente sur le blog pour un petit moment (on l’espère). On reprend tout en main dès qu’on le pourra. On a un peu (voire beaucoup) la flemme (et on a honte (ou pas) de l’avouer), nous n’avons pas tellement le temps et on est aussi toutes deux dans les révisons du brevet blanc (du sérieux, quoi). Donc, dans deux semaines tout au plus, on est de retour. Vous pouvez toujours nous contacter sur notre compte Livraddict respectif (si vous en avez envie, hein). Sur ce on vous laisse et on vous souhaite une merveilleuse année pleine de réussite. En fait, c’est pas terminé. On va essayer de faire un énorme post sur la série Cherub (elle nous tient vraiment à cœur). En conséquence, il n’y aura pas d’articles (encore une fois) pendant quelques temps (à part mes (c’est Alliene qui vous parle à partir du « en fait ») trois chroniques en retard et un rendez-vous qui attend sagement d’être posté). Je pense que j’ai tout dit et encore une fois, désolées pour l’attente.